vue d’en haut

je vous écris du haut de ma tour d’ivoire en plastic
j’aurai mouru com j’aurai vécu : à pied
puis là je vais vous entretenir de la noosfère

la noosfère, c’est nous ôtres en train de penser le monde tous et toutes ensembles, d’où le gaspillage éhonté de notre biosfère, vu qu’on s’est viré la noosfère en ca$h et qu’on s’est transformé l’écosfère en centre d’achats, on est devenu des taons décervelés besognant pour les enflés qui runnent le show

alors que c’est dans la tête à toulmonde que ça se passe, je sais, c’est pas évident, mais c’est la vérité vraie, le sort du monde se joue dans la tête à toulmonde, dans ta tête com dans la mienne, dans la tête à ton voisin com dans celle à ma voisine, que j’épiais de ma fenêtre qui pliait son linge en petite tenue dans son salon en écoutant la télévision, dans votre tête com dans la leur

c’est tous et toutes ensembles qu’on fait semblant de ne pas être tous et toutes ensembles

Cette entrée a été publié dans fictions. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *