vlc! (3) ces voisines de passages …

une voisine de banc dans le métro, une vieille madame à qui on avait donc fait peur avec nos grandes gueules, nos cheveux longs et nos folleries,
ma voisine de siège dans l’autobus, je faisais semblant de ne pas la reluquer du coin de l’oeil, sa beauté, sa fraîcheur, sa grandeur m’avaient hypnotisé, j’ai débarqué en arrière d’elle pour la suivre à distance jusque devant sa porte, puis j’ai été me travailler dans les toilettes d’un restaurant en m’introduisant chez elle en pensée et par ruse,
ma voisine de chambre d’hôtel quand j’ai travaillé un été à Toronto, une madame accommodante que mon accent français faisait flipper, elle m’a zigonné avec une telle virtuosité que les noix m’en ont vibré tout le reste de la semaine, car le sexe, c’est toultemps dans la tête à toulmonde que ça se passe,
de chambre d’hôtel encor, une fille de joie aux totons en forme de poires, elle m’a fait venir jusque dans la racine des cheveux pour cent douilles, ayayail!
au parc Lafontaine, derrière les buissons, elle m’avait montré sa brassière, puis ses p’tites culottes, j’avais baissé mes pantalons, on s’était occupé l’un de l’autre à la main,
ma voisine de table dans une brasserie, on avait jasé un bout, puis on s’était ramassé chez elle avec une caisse de bière pour boire et baiser, ah, le joyeux après-midi!
de cabine de plage dans la belle Mauricie, cabines en bois disposées côte à côte, fine et rousse com un roseau que j’ai épiée par un trou dans le mur mitoyen qui se déshabillait et enfilait son costume de bain, ça m’a mis du soleil plein la caboche,

© MXD Studios

Cette entrée a été publié dans entrées. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

3 réponses à vlc! (3) ces voisines de passages …

  1. catse dit :

    punaise mais t’arrête, ou t’arrêtais, pas la branlette !!! au fond je me suis jamais posé la question …peut être que vous les mâles êtes tous comme ça ? un rien vous fait bander ça doit être assez agréable … ou fatiguant ah ah
    peut être est ce parce que vous avez une imagination débordante et pleine d’images

    • Jean dit :

      imagination débordante ou pas, un rien nous émoustille, ça c’est vrai,

      Quinn Harris (Harrison Ford, dans le film Six Days Seven Nights): You know how a woman gets a man excited? She shows up. That’s it. We’re guys, we’re easy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *