une tite vite en passant

moins je toke
plus j’écris normal
c’est pas bien
j’échappe mes métafores

Cette entrée a été publié dans entrées, fictions. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

6 réponses à une tite vite en passant

  1. catse dit :

    tu tokes ? enfin tu tokes pas … ça veut dire quoi ?

    • Jean dit :

      toker (prononcé tôker, de l’argot américain to toke: to light up a joint) = fumer de la marijane,
      bien sûr que je toke, mais quand je ne toke pas mon esprit ne déraille pas et mon écriture en souffre, c’est tout,

      • catse dit :

        es tu sur ? es tu sur ? as tu essayé d’écrire sans toker (je pense que oui ) .Çà pourrait au contraire être intéressant !
        dis donc tu portes une sacré fichue chaîne alors ! cela te fous pas la trouille si un jour …..

        • Jean dit :

          écrire sans toker c’est écrire comme toulmonde et c’est pas bien, c’est pas mon bag, j’ai l’esprit ainsi (dé)formé qu’il me faut quelques tokes pour libérer les métafores et m’aventurer sur des sentiers d’écriture inaccoutumées,
          bien sûr que je peux écrire sans toker, j’écris justement ce commentaire sans avoir toké, ouh ah!
          reste que la marijane me replace devant des portes narratives qu’autrement je néglige,
          une chaîne? bien sûr, la marijane est une maîtresse jalouse, mais faut bien se comprendre, quelques pofs (pof = bouffée) me suffisent maintenant pour me plonger dans ma bulle d’écrivain, le pli est pris, le réflexe est bien huilé, même chose avec mon habitude d’écrire la nuit, quand tout est calme et qu’on me dérange pas, là aussi le pli est pris,
          écrire sans toker ça veut dire par exemple m’atteler à la composition conforme et standardisée d’une soumission à un Conseil des arts,
          autrement fuck les conventions, je toke et j’écris ma liberté, yé

          • catse dit :

            déjà vaudrait mieux que j’écrive « sûr »et non « sur » à moins que tu sois haut perché !
            t’es dur d’e dire « écrire comme toutlmonde c’est pas bien « , que ça soit pas ton bag là d’accord , j’admets que les écrivains les plus étranges on souvent besoin d’un substitut pour aller chercher un style et des idées , mais on doit bien en trouver qui écrive « à jeun » .
            comme une gymnastique le cerveau se façonne de façon à réagir au quart de tour à la première taffe , c’est pas mal niveau économie 😉

            • Jean dit :

              doit bien y en avoir qui écrivent « à jeun », c’est sûr, pis ça les regarde, c’est leur affaire,
              quand je dis qu’écrire comme toulmonde c’est pas bien, je parle pour moi, les autres peuvent bien écrire comme ils veulent, encore une fois ça les regarde, c’est leur affaire,

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *