(sexe) bipolaire

langues à l'(ou)est
au tressaille des plaines interminables
soirs irisés, déhanchements, mémoires
chimères sans ôcune garantie portées par l’interdit
la chute associée des concrets résiduels
le réel témoigne des matins détrempés
déplisse la matrice des nuits irascibles
et des jours voués à la stérilité
égoïsme méritoire, panse renfrognée en surenchère
ivrogne duplicité lancée ballante par queues et par bouches

Cette entrée a été publié dans fractales. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *