s’emmure (gagne à s’écrire)

fam laser aux cuisses gitanes, les seins pendules
flash rose acier, le cul luminescent, le bulbe prélude
aux plaintes et aux confessions, avec relents analogues

hôtel femelle, horizon vacant
rideaux enclos qu’elle glisse en silence
puis qu’elle hâle aux rubis d’oeil
l’âme à larges bords croquée

vitrail musical giclé de sang
fam vêtue d’accents d’avant-garde
ses dentelles en colonnes, sa poitrine
gerbant sa camisole, son ventre ample

lasse épisodic génératrice de traces
com une remontée actionnée par suppression
elle s’ovale le visage frottant l’instant color
donnant ainsi tout à regarder

à ras de menton détrempée chavirée
et dissipatrice d’axes dorés incompressibles
ses seins dentés, ses épaules pulsées
ses jambes laminées, sa microjupe voltée

elle s’emmure à vif dans l’écran des mots, dans l’enflure
des images, tend l’aube jusqu’au soir, du soir au matin
et déjette le corps dans le galbe acéré des strofs muettes

Cette entrée a été publié dans fractales. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *