rivages du monde (reliefs)

esquisse au grand jour de halls de miroirs
mascule cristal, la mère d’à côté absorbée
utilisée par l’anonyme et la forte anxiété
le flash avisé des meurtres crédibles
tous les siècles sans ôcune virginité

longs traits de cosmos, d’attractions futures
chute assimilée des mirages supervisés
com des semblants de filles vaporeuses

rumeurs de rues, hurlements d’avenues
crachats dressés sur poutres vicieuses
scandale des emblèmes figés d’horreur
com une avalanche d’enfants empoisonnés

beuveries de bains de sang
la face tordue du monde s’amuse, l’ami

silence! les électrons sont à l’oeuvre!
marginaux dans les colères renflouées
fuzzy barbouillage, naufrage des palais autistes
troublures en bordure du néant ventouse
festures d’énigmes continuellement, même tard

de finales armadas nécromancisent les destins
roue cassée des vérités, limites mentales
dans quoi hiberne l’écriture finement concassée
com une délicate filature de la totalité

la dissemblance se rencadre à visage découvert
absolument, par emprise des dénonciations
où ôtrui planche mortel par crêtes
sur un fotomur, granures, notes plaintives

triste humain saisi choqué tu passes en hyperespace
nourri d’hypothèses débitées par bribes
lancé d’aventures anciennes et vite l’autonyme au risque de ta vie
dans le courant des monts dispersés

veillée extravagante un soir de pollution
en réintégrant ossi sec les prisons natales
substantif déjoué par la gravité du coeur
com une séduction éprise de sa mère

Cette entrée a été publié dans fractales. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *