rêveries de l’entêté textuel

fuite, l’intolérable fragrance m’emberlificote
je pusillanime la planète eventually poubelle
and huge wasted field

rien à gagner que soi dans le saccage des métafores
fleurs
les déshabillés d’ôcune chair en dentelles caudataires
problem bullshit no vacancy
aide acide à chtch, clador graduel des last reasons

les saisons rectangulaires d’époques plantées
se barrent dans les catégories et les instances du monde
en plein dans l’essieu des cellules et par association des polylaxés

base ultra bidon, le temps ouvert un peu penché
bref outre bagade, le temps fermé un peu tourné

je saute quantic à l’ère de la noosfère
tant pis pour vous ôtres qui traînez derrière
je rameute mes moi parsemés et je retourne
à la pensée spirale, liaisons, planchers
plafonds, paliers

or l’imaginaire dépend des marées qui résout l’énigme
en la posant derechef

Cette entrée a été publié dans fissures. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *