rêve d’éveil

la langue et les corps parlent                                                                    transfuge des réfugiés
langue sur langue sur langue                                                                     seuil en trompe-l’âme
raconte les désirs, les émotions                                                              les membres enchâssés
récite, répète, récapitule                                                                                    les peaux narrées

grammaire incendiée                                                                                les découvertes luisent
pantelante qui s’accroche                                                                                               là, à même
au lessivage des règles                                                                                              l’échelle alliée

à l’encontre de l’incroyable                                                                                     dans le caveau
une overdose d’ardeur, une percée                                                                             des amours
d’ombre sous des seins jaunes                                                                              le jardin jaloux

le plein des lèvres oranges                                                                                          qui s’estime
que rassemble la brisure                                                                                            si semblable
disséminée du silence des rimes                                                                 à la lune antagoniste

Cette entrée a été publié dans fractales. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *