q’

à Christine Gauthier

j’annule son corps habillé
ouvre le pan de sa robe de chambre
soulève sa robe de nuit, cuisses q’

je touche du doigt
le pouls flagellé de son slip
je soutiens son ventre quand elle passe
toute entière par-dessus ses fesses, seins tissus
je roule sur son pubis clair

elle m’éjacule sur son derme, portée amoureuse
com un corps gonflé
dépression passagère, conifère dissous

pendant qu’elle et moi se parlions en français
com un radeau en dérive sur une mer d’anglais

Cette entrée a été publié dans fractales. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *