orages

à ma soeur Marie-Josée

des mers orageuses dévalent des pentes potassium
des nuées sulfurent et vaporisent d’indiscrets alentours
viols voiles, ultimes splendeurs du ciel

des cours d’école rêvent et rêvent encor d’anatomes
des bordels pavés ondulent sur des écrans atones
berges frémissantes diffusées d’avance

elle revenait transie
par la pluie
des enfants meurtris
elle hurlait les territoires
à l’oeil blanc des os galets
l’âme ouverte au cosmos
elle accrochait au passage
des vierges au vitrail

des codes dépassés affichent des sursauts de géranium
des collines aventureuses déversent d’énormes averses
fêlures d’azur, craquelures qu’éraille l’océan

Cette entrée a été publié dans fractales. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *