miroir

à Donna Martin

binaire pulsar de son épiderme médullaire
irréel contour de ses hanches automotrices
et de ses pieds solides surtout lourds
et la surprise de ses mamelons non érectiles!

zone transfert de son aine désamorcée
ventre de radio country noeud magnétic
miroir sur sa bouche en quête des sources
et sur ses cuisses oui ses cuisses servies

taches régionales sur son désir interne
velue chaude sur l’extase des générations
cinétic étrange qu’elle maintient mains baladeuses
cohabitée par moi en ses reins dédale dense

sur sable de cosmos courbes d’étoiles
mouvement variable de son nombril infrarouge
vitesse lunée de son orgasme expansif
moi en surf rotation sur ses fesses macédoine

Cette entrée a été publié dans fractales. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *