l’avatar observatoire

coulé dans les décombre j’étire les mégamètres
paumé je palpe                       l’ horizon

m’oeil ectoplasmic s’imbibe sidéral
suscite et favorise la connesion de fabuleuses autoroutes

un étal d’ordinateurs décentralisés
sculpte un inquiétant célestron aux gens l’irréversible

un gravitaire de gestes fotocopistes
un orgatrans q’, incontestable
projection du colloïde, de biais
présume des déflections surréelles

bolide, elle pénètre à son tour, les zoospores en transit
s’accaparent s’oeil fongiforme figuratif qu’elle souffre
grevée la magnétisent, la lovent à la base des remparts

Cette entrée a été publié dans fractales. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *