j’elles mortel(les)

je louche leur sexe ouvert
source clitoris, plage étrangère
à l’heure d’écoute du rire matériel

m’égo sup se suspend le visionnaire
déjà appendu en superficie des choses

pleurs pliés, l’inconfortable hiver
lézarde les fontaines
les intimes bosquets audiofones

elles, joyeuses d’érotisme, en plein ozone
leurs mains baladeuses, leurs doigts mitigés
sinuaient de partout sur mon body bombé

Cette entrée a été publié dans fractales. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *