j’elles encor

oizo vivace vorace je parcours
de l’oeil, du bec et sans blâme l’épars
toponyme de leurs ombres nitrofiles

oizo rêveur je décris une spirale
sur l’éternité de leurs corps fébriles
com de frêles falanges olo fleuries

je torsade persuade le carrelage
de leur chair mandore mégafone
je rôde sarabande à l’amarante
la masure mâchure de leurs membres

leur murmurer quelques
paroles d’amour appropriées
leur balbutier toute
la folle angoisse du monde

le plantureux micromètre plaqué
plat, turbopompe d’aplomb
au zénith des omoplates trapèzes
(cernes, langues errées)

un plasma sec, un pur intellect
qu’à l’envers des températures
les jupes interétages propulsent

un actionneur asidérite, se farde
de rimmel dénivelé
tel un cône d’entraînement

Cette entrée a été publié dans fractales. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *