interlude

nous profanons les reflets de l’âme
nous asséchons les rivières du rêve
nous dilapidons les nourritures terrestres
nous soms paradoxe et nous durons

Cette entrée a été publié dans fragments. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *