interlude, face B

ainsi, la noosfère, c’est la matière transformée du monde, ses arbres, son eau, sa terre, ses roches, procédée dans nos têtes avant de redevenir matière,
la noosfère, c’est nos pensées à toulmonde en mouvement constant ôtour du globe com une couche atmosféric, c’est notre imaginaire collectif déployé toultour de la planète,
la Terre baigne com une grosse patate dans l’huile de notre intelligence et com le monde est d’abord une idée qu’on s’en fait et qu’aux jours d’aujourd’hui l’obsession du ca$h runne le show, il est devenu un centre-d’achats existentiel à l’accès conformé,
le monde est un effet de nos pensées, lesquelles forment la noosfère, laquelle valse dans l’univers relativiste com une parabole à mille temps,

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *