interlude, face A

la noosfère, c’est ça, c’est notre pensée collective, c’est nous ôtres toulmonde qui pensons le monde, prenez la manifestation matérielle de nos cultures, de nos cités, de nos campagnes, prenez nos maisons, nos buildings, nos centre-d’achats, nos églises, nos écoles, nos banques (temples du diable), nos arénas, nos palais, nos prisons, et les prisons mentales sont plus solides que les prisons de métal, prenez nos routes, nos ports, nos passages, nos carrefours, nos corridors, nos rues, nos ruelles, nos allées,  nos chemins, nos cul-de-sac, prenez nos chars, nos trains, nos bateaux, nos avions, nos fusées, nos bécik’ à pédales, nos bécik’ à gaz, considérez l’inscription dans la matière de nos lois, de nos arts, de nos croyances, des nos idéologies, de nos politiques, contemplez tout ce qu’on invente, tout ce qu’on imagine, tout ce qu’on patente, tout ce qu’on réalise et tout ce qu’on virtualise, et dites-vous que tout ça, ça se passe dans la tête à tout(e) un(e) chacun(e) et que multiplié par toulmonde ça forme la noosfère,

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *