couchant

à Lynne Lavoie

retour bold au corpus
l’épiderme au vent
lingerie suspendue à l’horizon violet
l’oeil noirci par les heures
les seins pressés et qui se flagellent
d’envisions d’elle

bienheureuses chatte sans surprise
les bras brisés qui se protègent
et qui repoussent
elle écarquillait sa brève jupe que prolongeait
dans l’ombre de ses cuisses sa vulve lampion

virgule le soleil couchant conserve toute sa popularité

retour bold à la douleur reste la flamme
et si elle est soufflée reste la braise
et si elle refroidie reste la cendre
et si le vent l’a dispersée reste le souvenir
et si cela ossi s’enfuit reste le
retour bold au corpus

Cette entrée a été publié dans fractales. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *