centrales nucléaires (l’amas de la Vierge)

la signification silencieuse de ce que nous soms
surge au crépuscule de l’évitement, carlingue nécessaire
de là la salle d’ingénierie, le kronométrage laqué des vaisseaux
et l’exfoliation terne des littoraux

des péripéties nocturnes et subversives nous suivent
au sud du langage interoculaire, hall ameuté d’enquêteurs
vestibule en mailles de fil de fer, monuments océanics, polars

nos synopsis pétrifient les aberrations
spécifient les superamas locaux non euclidiens
s’intègrent, quadrature et passion, se rembrunissent
et se focalisent au bord du cercle azimuté
perturbant ainsi l’ionosfère qui chatoie
pour l’amour des couleurs et des phases

le kaléidoscope accablé spécule sur la conversion
des spécimens hypokondriacs
leurs entrailles, leurs iridescences, lents néanmoins
de rythmes remorqués, loin
dans l’embuscade des inclus partiels

le cadavre, abreuvé de normes et cautérisé
de régions finalement conciliées, intraitable spécialiste!
entre théoriquement et revendique les tumeurs extraites

Cette entrée a été publié dans fractales. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *