(assauts) blessure

je me brandis, me dissimule geste
voyeur d’ôtre filtré qu’à peine j’existe

source méditée, joyeux tir des langues
transfert majoré par des spirales
ourdies de conséquences

j’éparpille l’univers, me faufile, dentelle d’espace
m’emrubanne d’étrange temps à l’assaut tout seul
survivant grâce aux pare-brises

lieux lacérés de peaux lichens
fugue altière des reins, là où j’effeuille
la planifère de son dos dans l’ailleurs
propriétaire de son coeur

attristement, blessure d’indices

Cette entrée a été publié dans fractales. Ajoutez en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *